Les maladies du nerf optique

L’oeil est un organe fascinant qui nous permet d’observer l’environnement visuel qui nous entoure. Les images que l’on voit résultent d’un processus complexe de réception et d’interprétation de rayonnement lumineux. La lumière passe tout d’abord par la cornée, ensuite elle traverse l’iris, le cristallin, l’humeur aqueuse et finalement elle atteint la rétine. La rétine est recouverte de photorécepteurs et de neurones qui convertissent les ondes électromagnétiques de la lumière en impulsions électriques. Le nerf optique est composé d’environ 1.2 millions de fibres nerveuses ou axones qui relaient ces impulsions électriques au cerveau où elles sont ensuite interprétées et traduites en images. Quand le nerf optique est atteint d’une maladie, cela peut compromettre la réception d’informations visuelles et résulter en perte de vision.

Le nerf optique peut être endommagé par plusieurs conditions médicales: problèmes de circulation, inflammations, infections, problèmes métaboliques, trauma, tumeurs ou maladies héréditaires. Dans tous ces cas de neuropathie optique, la résultante est une perte de vision centrale et/ou périphérique temporaire ou bien permanente. Certaines pertes de vision sont moins remarquées par les patients, surtout la périphérique.

Le glaucome est un type de neuropathie optique. C’est une maladie du nerf optique souvent causée par une pression intraoculaire élevée dû à une évacuation insuffisante de l’humeur aqueuse de l’oeil. Il existe plusieurs types de glaucome mais ils partagent tous certains caractéristiques, dont un nerf optique endommagé qui engendre une perte de vision irréversible. Ce dommage est visible dans l’apparition d’une excavation à la tête du nerf optique perçue au niveau du fond de l’oeil.

La maîtrise de la pression intraoculaire (PIO) est l’un des principaux objectifs dans le traitement du glaucome. Les yeux sont remplis de liquides qui maintiennent une certaine pression interne qu’on appelle la pression intraoculaire. Le liquide qui remplit la partie antérieure de l’ œil se nomme l’humeur aqueuse; celui-ci nourrit les différentes structures de la partie antérieure de l’oeil. Ce liquide circule donc dans les chambres de l’oeil et est évacuée par plusieurs voies. Si, pour une raison ou une autre ces voies sont obstruées même partiellement, l’humeur aqueuse subit une résistance, ne peut être évacuée adéquatement et s’ensuivra une augmentation de la PIO.